• S�lectionnez Editeur
    English
Suivez
nous sur        
Contactez nous
05 61 15 47 00
Du lundi au samedi
De 10h00 à 19h00
Por:admin el 27 de octobre de 2015

page68_b
CELUI DE DEXTER JACKSON

Par Dan Smith

Photos Alex Ardenti

La science nous dit que nous perdons 5 % de masse musculaire tous les 10 ans, après 35 ans. Et passé les 40 ans, nous commençons à perdre la densité osseuse à un rythme de 0,5 % par an. Bien sûr, cela s’applique à la population générale.

Mais Dexter Jackson ne fait pas partie de la population normale. Il est rentré de son propre droit dans le chapitre de Légende.

Comme le personnage Benjamin Button, la merveille qui vieillissait à l’envers et que Brad Pitt interpréta au grand écran, le Mr Olympia de 2008 semble s’être également heurté avec la source de l’éternelle jeunesse. Depuis 2001, Dexter n’a jamais terminé en dehors du top six dans aucune compétition et dernièrement, il a décroché sa cinquième victoire (en battant les 4 titres de Flex Wheeler) cette année à l’Arnold Classic USA, qui établit un record de 5 titres, chose très difficile à égaler, ainsi que sa victoire postérieure le 14 mars lors de l’édition inaugurale de l’Arnold Classic Australie. Et après ces résultats, vous vous demanderez : Comment est-il possible qu’à 45 ans, La Lame puisse maintenir sa fameuse forme esthétique et un calendrier de compétition aussi agressif ?

« J’ai toujours la soif intense de vaincre » dit simplement Dexter. « Le feux et le désir sont intactes. Je vais souvent en Californie pour m’entraîner avec Charles Glass et il me pousse au maximum. J’ai la génétique. C’est le plus important, c’est ce qui me permet de continuer de l’avant durant aussi longtemps », déclare Jackson.

Ainsi commença sa légende…

Dexter Tyrone Jackson est né le 25 novembre 1969 à Jacksonville, Floride, USA et il a toujours habité là-bas. « Je n’ai jamais eu le besoin d’aller vivre autre part, même si j’ai un petit appartement à Venice, Californie, où j’ai pour habitude de m’y installer et de passer environ la moitié de mes préparations, afin de pouvoir m’entraîner avec Charles Glass qui me guide à ces moments », souligne-t-il.

Dexter affirme avoir eu une enfance heureuse, entouré de ses trois frères et trois sœurs, avec des parents protecteurs, dans un environnement familial stable. Ils formaient une famille unie et ils pratiquaient tous un sport. « Moi j’ai joué au football (américain), au base-ball, j’ai fait de l’athlétisme, des arts martiaux et de la gymnastique. J’étais mince, mais très fibré sans jamais avoir touché à un poids » affirme Dexter, qui possède un métabolisme rapide.

En fait, il n’a pas eu de contact avec les fers avant ses 21 ans, quand il a accompagné son grand frère au gymnase. Rapidement, les autres garçons lui ont dit qu’il pouvait concourir, étant donné que son métabolisme a toujours été très découpé avec un détail musculaire incroyable, même si son volume n’était pas conséquent. Sans confiance dans ses possibilités, il déclina de suite cette éventualité, jusqu’à ce que quelques mois plus tard, il assista à une compétition pour la première fois et il apprécia tellement l’ambiance qu’il s’est dit que lui aussi il essaierait. Trois mois plus tard, il est monté sur sa première scène avec 60 kilos pour 1,67 mètres de hauteur dans les championnats Jack Physique de 1991 et il a remporté la catégorie de poids plume et s’est attribué le toutes catégories en battant le vainqueur du poids lourd. Le jeune Dexter aima l’expérience et a décidé d’aller plus loin pour voir jusqu’où il arriverait, mais également pour se divertir par la même occasion, mais il n’avait jamais pensé sérieusement qu’il se consacrerait au culturisme sur le plan professionnel, ni même qu’il pouvait avoir un futur dans ce domaine, c’est-à-dire, jusqu’en 1995, lorsqu’il remporta le championnat USA.

Dexter a battu un record avec son évolution, parce que personne ayant commencé en tant que poids plume dans le culturisme n’a fini par gagner la catégorie absolue du Mr Olympia quelques années après. En théorie, cela est impensable. « Tout a été question de dur travail et de persévérance » dit-il en regardant en arrière, parce que le chemin parcouru fut très long… et fructifère.

L’Équipe Lame

Au fur et à mesure que les meilleurs culturistes vieillissent, ils peuvent aussi perdre la perspective de la vie au-delà de la salle des poids s’ils passent trop de temps à tenter de construire le physique qu’ils ont eu un jour afin de pouvoir faire « d’autres compétitions de plus ». Une approche si étroite peut conduire à la frustration, ou, pire encore, à s’écœurer de ce sport. Mais Dexter a évité les deux. Le succès compétitif préalable a soulagé la pression pour exécuter ses plans futurs, principalement dans l’entraînement et dans la promotion de la compétition, en apportant un objectif au-delà de la vie professionnelle. Non seulement c’est le moteur derrière les deux compétitions qui portent son nom – la Dexter Jackson Classic et la DJ Memphis Classic, un événement classificateur maintenant pour la NPC – mais il travaille étroitement avec les athlètes eux-mêmes.

« J’aime simplement aider les gens à atteindre leurs objectifs et la meilleure forme de leur vie », dit-il, « Maintenant, j’aide même les culturistes avec leurs préparations de compétition… nous l’appelons « l’Équipe Lame » ». Ces jeunes compétiteurs peuvent ne pas remporter cette compétition et aucune autre, mais à la fin de la journée, ils ont l’aspect qu’ils avaient à 20 ans et c’est ce qui importe ».

Peut-être que le fait de travailler avec de jeunes athlètes ambitieux booste davantage son côté compétitif ?

« Cette partie ne joue pas forcément sur ma motivation, mais elle me rend bien, car je vois que la compétition croit chaque année », souligne Dexter. « Cela me permet de savoir que le sport se développe. Donc rendre une partie de ce que l’on a obtenu, est fort satisfaisant ».

Sur le point de jeter l’éponge

Dans une course aussi longue comme la sienne, le plus difficile de tout est de maintenir le feu de la compétition, surtout lorsque vous avez remporté le titre maximum, comme l’Olympia, et que vous n’avez pas pu le récupérer, dans cette situation, il ne semble plus rester autre chose à faire que de se retirer ; c’est ce qui s’est passé pour Coleman et Cutler qui suite à la perte de la couronne et leur tentative de la récupérer sans succès, se sont retirés et ont ainsi mis un terme à leur carrière. Ils ne voyaient aucune porte de sortie. Par contre, Dexter continue après son Sandow de 2008 en première ligne et il gagne toujours, même s’il y a eu un moment où il fut tenté d’abandonner.

Après l’Arnold Classic 2011, que Branch Warren remporta et où Dexter finit cinquième (derrière Dennis Wolf, Victor Martínez et Evan Centopani), il fut déçu et commença à douter de sa capacité de rester parmi les cinq premiers, ou même avoir à nouveau des chances de gagner. Il rencontra donc George Farah, célèbre préparateur diététique de compétition, et ils ont longuement parlé. Dexter a exprimé à George ses doutes sur sa capacité pour continuer d’avoir ses chances d’aspirer aux grands titres et Farah lui a répondu qu’il n’avait pas encore touché le fond.

Dexter commença à manger beaucoup plus en suivant les indications de George, en particulier des hydrates de carbone. « Il me faisait manger tellement – se souvient Jackson – que je passais plus d’une demi heure à manger mes repas. Et il avait raison, parce que j’ai commencé à m’améliorer et à me découper plus qu’avant, même dans les fessiers ». L’autre changement fut d’incorporer l’exercice cardiovasculaire, puisque Dexter n’avait jamais fait de cardio, donc il a commencé à faire 20 minutes tous les jours, quatre semaines avant de monter sur scène. « En réalité, moi je ne l’appellerais pas cardio, parce que c’est plus pour activer le métabolisme et améliorer l’assimilation de la plus grosse quantité d’aliment, que purement pour brûler de la graisse ».

Dexter a toujours été célèbre pour ses lignes aiguisées, qui lui ont valu le surnom de La Lame ; découpé et en forme, donc s’il écarte légèrement de ces caractéristiques, il est pénalisé. Non pas parce qu’il n’est pas au-dessus les autres, mais parce qu’ils le jugent par rapport à lui-même. Je pense qu’ils devraient évaluer qui est meilleur sur scène le jour J, car s’il ne présente pas les fessiers super découpés de toujours, il se retrouve alors pénalisé. Je suppose, qu’il a lui-même mis la barre très haute et ils lui exigent le maximum, mais en fin de compte, il fait encore partie aujourd’hui des cinq meilleurs culturistes professionnels du moment.

Pas question d’entendre parler de retrait

« Ma carrière n’est pas encore finie. Ce que j’aime le plus de ce sport est la compétition ; affronter les meilleurs du monde et les surmonter est ce qui me motive pour continuer et m’entraîner dur ».

Si vous examinez l’historique compétitif de Dexter Jackson, vous verrez que très peu sont ceux qui peuvent l’égaler, mais il n’a pas encore dit son dernier mot, il a encore des exploits à ajouter à son palmarès.

N’oubliez pas que cet homme qui a remporté un Olympia et six Arnold Classic, a commencé en remportant sa première compétition dans la caté moins de 60 kg.

Prenez tout cela en compte et nous serons d’accord sur le fait que Dexter Jackson est une véritable légende vivante du culturisme.

Dexter « La Lame » Jackson

Date de naissance : 25 novembre 1969

Lieu de naissance : Jacksonville, Floride, USA

Lieu de résidence actuel : Jacksonville, Floride, USA

Hauteur : 1,67 mètre

Poids : 94 kilos (en compétition)

110 kilos (en hors saison)

Résultats compétitifs les plus importantes :

2015: Arnold Classic Australie, 1er

2014: Mr Olympia, 5ème

Arnold Classic Europa, 3ème

Dubai Pro Show, 1er

EVL’s Praga Pro, 2nd

San Marino Pro, 3ème

2013: Arnold Classic, 1er

Grand Prix d’Australie, 1er

Mr Olympia, 5ème

2012: Mr Olympia, 4ème

Fibo Pro Allemagne, 1er

Arnold Classic Europe, 2ème

Flex Pro 2ème

2009: Mr Olympia, 3ème

2008: Mr Olympia, 1er, Arnold Classic, 1er

2005-6, 2008, 2013, 2015: Arnold Classic, 1er

La routine de La Lame

Jour – Zone corporelle entraînée

1Quadriceps

2Pecs et mollets

3Dos

4Épaules et isquios

5Bras et mollets

6Repos

7Repos

La routine d’entraînement de Dexter est la même aussi bien en hors saison qu’en compétition, tout comme les séries et les répétitions. Il ne travaille jamais les abdominaux et réalise un peu d’exercice cardiovasculaire uniquement deux semaines avant une compétition.

Routine de pec de Dexter

Exercice / Séries / Répétitions

Développé incliné sur machine Smith / 4 / 8–101

Développé incliné avec haltères / 4 / 8–10

Vis-à-vis à la poulie / 4 / 10

Écartés pec-deck sur machine / 4 / 10

  1. N’inclut pas la série ou les deux séries d’échauffement avec poids léger sans atteindre la faillite musculaire.

Dexter se repose une minute entre les séries, mais parfois il se repose davantage parce qu’il attend que son camarade termine sa série.

4 Choses que vous ignorez de Dexter

Un jeune « Mâle Alpha »

Dexter était un garçon mince, amateur de films de kung-fu. Il commença par l’imitation typique de donner un coup de pied devant son téléviseur et finit un jour par s’entraîner à temps complet. « Mon envergure physique chétive me poussait à avoir une certaine agressivité afin de compenser le manque de volume. À six ans, je passais ma ceinture noire de karaté et pour y parvenir, vous devez normalement vous entraîner durant des années », explique-t-il. Lors d’une bagarre au lycée, Dexter donna trois coups de pieds à l’autre garçon au visage et l’allongea par terre, quelque chose dont il est peu fier. « Je me suis fait renvoyer », se souvient-il. Il réussit également à dominer plusieurs mouvements de gymnase qu’il voyait à la télévision, parce que dans son but de se surmonter, il essayait toujours d’améliorer ce que les autres faisaient.

Un sportif accompli

Au lycée, c’était une star du football américain et il n’a jamais cessé d’aimer ce sport. Maintenant il ne joue plus, mais il est toujours fan de ce sport. « Je suis fan des Dallas Cowboys, et je vais voir une grande partie de leurs matchs ».

En plus de sa maîtrise sur le terrain de football américain, il a participé à des compétitions d’athlétisme comme les courses de 100 et 200 mètres ; et a fait partie de l’équipe de l’état de triple saut. « Je me débrouillais plutôt bien également en saut en hauteur ; je n’étais pas grand, mais je pouvais sauter assez haut », ajoute-il.

Avant le bac, Dexter qui commençait à gagner du muscle, avait réussi à se démarquer dans plusieurs sports et c’est pour cela que sa photo était accrochée dans le couloir des meilleurs sportifs du lycée.

Une illusion en suspens

Vous pouvez penser qu’un homme qui a remporté autant de titres et d’argent avec le culturisme, n’a pas d’autres illusions en dehors de ce sport, mais vous vous trompez. « J’ai déjà obtenu pratiquement tout ce que je désire dans ma vie. J’ai voyagé dans de nombreux pays, mais j’aimerais bien aller en Chine et au Brésil. J’ai toujours souhaité voir la grande muraille de Chine et la culture du Brésil attire mon attention. J’ai énormément étudié sur ces deux pays et j’aimerais les voir en vrai ».

Tout ou rien

« Lorsque je suis devenu professionnel en remportant le Championnat d’Amérique du Nord (1998), ce fut probablement le meilleur moment de ma carrière amateur, parce qu’à partir de là, je pouvais me considérer comme professionnel et j’ai quand même mis huit ans à y parvenir. Mais ce que presque personne ne sait, c’est que si je n’avais pas décroché le titre ce soir-là, j’aurais probablement abandonné le culturisme. Pour moi, c’était la compétition de ma vie ».

Les 5 clés de Jackson pour un pec de Légende

  1. Concentrez-vous sur vos faiblesses

Cette routine fait travailler la partie supérieure du pec, qui est une zone presque toujours moins développée. Si c’est votre point faible, commencez le jour des pecs avec au moins deux exercices inclinés, mais pas la peine de les exécuter comme moi. Vous pouvez intercaler un mouvement sur banc plat entre le banc Smith incliné et le développé avec haltères incliné pour que les fibres de la zone supérieure du pec récupèrent un peu.

  1. Que ce soit simple

Certains font trop d’exercices dans une séance et se surentraînent. Varier l’angle est bon, mais souvenez-vous que cela ne sert qu’à insister sur une zone concrète du pectoral, et non pas à l’isoler complètement. Raison pour laquelle vous devez vous concentrer sur les exercices anaboliques de base qui vous apportent du volume.

  1. Ne vous excédez pas

Une autre erreur habituelle est d’effectuer trop de séries. La routine que nous vous montrons a été élaborée par Charles Glass et a un volume de travail élevé. Toutefois, durant beaucoup de temps, n’effectuez pas plus de 10 ou 12 séries pour les pectoraux. Lorsque vous faites plus de 15 séries, cela augmente le risque de surentraînement.

  1. L’exécution est déterminante

Certains cambrent le dos et dénaturent l’exercice en se concentrant à soulever le plus de poids possible. Si vous souhaitez vous développer, vous devez utiliser un poids que vous pouvez contrôler d’une manière stricte et ainsi bien stimuler le muscle.

  1. S’entraîner dur et ensuite faire une pause

Au lieu de réaliser beaucoup d’entraînements par semaine pour vous concentrer sur une zone à la traîne du pec, vous devez travailler le plus dur possible en effectuant de 8 à 12 répétitions une fois par semaine. Un repos adéquat est ce qui créera l’environnement anabolique favorable pour les gains de volume et de force, et non pas le nombre d’entraînements.

Développé incliné sur machine Smith

  • Objectif : partie supérieure du pec
  • Le positionnement : allongez-vous sur un banc incliné avec un angle de 30 à 45 degrés sur une machine Smith. Les jambes doivent être écartées et les pieds à plat au sol. Prenez la barre avec une prise en pronation et plus large que la largeur des épaules. Faites tourner la barre et sortez-la des butoirs de sécurité en la soutenant avec les bras tendus sur la partie supérieure du pec.
  • Le mouvement : faites descendre la barre vers la partie supérieure du pec lentement et arrêtez-vous au point bas avant de remonter avec force. Arrêtez-vous au point haut puis recommencez.
  • Le conseil de Dexter : « Faites en sorte de descendre la barre de manière plus lente que la montée, pour sentir l’étirement et travailler la phase négative ».

Développé incliné avec haltères

  • Objectif : partie supérieure du pec
  • Le positionnement : placez un banc incliné de 30 à 45 degrés. Allongez-vous sur le dos avec les pieds au sol et prenez un haltère dans chaque main. Dans la position initiale, ils sont proches des épaules.
  • Le mouvement : soulevez les haltères fortement vers le plafond jusqu’à ce qu’ils se touchent presque, puis revenez au début du mouvement en suivant le même mouvement à l’inverse.
  • Le conseil de Dexter : « Montez les poids en formant un arc de cercle et dans la partie inférieure, ne les descendez pas en-dessous des épaules, parce que cela ajoute une tension inutile sur l’articulation de l’épaule ».

Écartés pec-deck sur machine

  • Objectif : partie interne du pec
  • Le positionnement : asseyez-vous sur la machine avec le dos droit et plaqué contre le dossier. Réglez la hauteur du siège afin de pouvoir attraper les leviers avec les bras étant parallèles au sol.
  • Le mouvement : Avec les coudes légèrement pliés, contractez les pectoraux pour amener les leviers devant vous. Contractez les muscles une seconde puis revenez à la position initiale. Arrêtez-vous avant de commencer la répétition suivante pour ne pas utiliser l’impulsion.
  • Le conseil de Dexter : « Étirez bien les bras au début de chaque répétition, mais sans vous excéder et maintenez la position de contraction finale une seconde, en contractant les pectoraux, avant de revenir au point initial ».

Vis-à-vis à la poulie

  • Objectif : partie inférieure et interne du pec.
  • Le positionnement : accrochez les prises individuelles aux poulies hautes. Placez-vous au milieu avec les genoux légèrement pliés et prenez les prises avec les paumes tournées l’une vers l’autre et ne bloquez pas les coudes.
  • Le mouvement : Joignez les mains en-dessous de la taille et proche du corps en maintenant les bras légèrement pliés. Contractez les muscles au point de contraction maximale avant de revenir au point initial.
  • Le conseil de Dexter : « Dès le début, fléchissez légèrement les coudes et veillez à maintenir la même flexion durant toute la série ».