• S�lectionnez Editeur
    English
Suivez
nous sur        
Contactez nous
05 61 15 47 00
Du lundi au samedi
De 10h00 à 19h00
Por:admin el 31 de octobre de 2017


ET 12 AUTRES À INCORPORER À LA DIÈTE

Pour supprimer la graisse et accentuer la définition musculaire

Par Warren Sicloces

Malgré les controverses soulevées par divers programmes et systèmes d’entraînement, au moins sur un point les experts sont unanimes : la diète est le facteur fondamental pour se construire un physique impressionnant. Ce n’est pas par hasard que, que ce soit pour perdre ou pour prendre du poids, les gourous du fitness et du culturisme affirment que ce que vous mangez est plus important que l’exercice que vous faites en salle.
Cependant, avec l’apparition constante de nouveaux aliments et de nouvelles technologies alimentaires, il n’est pas toujours facile de savoir quoi manger et quoi éviter.
Passons en revue une douzaine d’aliments qu’il vaudra mieux supprimer, ainsi que certains autres que je vous recommande d’inclure dans votre diète, afin de vous débarrasser une fois pour toutes de l’hideuse couche de graisse qui vous empêche d’afficher les muscles pour lesquels vous vous échinez quatre ou cinq fois par semaine.

Incroyable, mais vrai : il y a de nombreux pratiquants qui, malgré le fait d’être dans le fitness et de s’entraîner depuis de longues années, commettent encore de graves erreurs en matière d’alimentation. Et ils le font convaincus de suivre un régime alimentaire parfait. Ceci est grave parce qu’ils n’ont pas pris conscience de leur problème et, par conséquent, ils ne sont pas à même de faire quoi que ce soit pour le résoudre. Pire encore : comme ils ne conçoivent pas qu’il puisse y avoir quelque chose qui ne va pas dans leur alimentation, ils auront tendance à chercher le hic de la question dans leur routine, ils introduiront des modifications constamment et ils finiront frustrés, car ils seront incapables de se forger un corps dur et défini.
On serait peut-être tenté de croire que n’importe qui ayant un minimum d’information et d’expérience saura parfaitement quels aliments ingérer et lesquels éviter. Après tout, tout le monde sait qu’il faut supprimer certaines graisses, douceurs, viennoiseries, conserves, sauces grasses, pains blancs et charcuteries. Mais à une époque comme la nôtre, où on met constamment sur le marché de nouveaux produits alimentaires “light” ou “à 0%”, il faut être très bien informé pour distinguer les aliments sains de ceux qui ne le sont pas sans en avoir l’air.
Regardons donc à la loupe douze aliments des plus populaires qui entrent dans la diète de beaucoup de ceux qui jureront leurs grands dieux que la leur est sans faille.

1. PAINS COMPLETS

Il va, semble-t-il, sans dire, que pour perdre du poids gras, il faut renoncer au pain blanc, mais que les pains complets sont excellents parce que, comme vous le savez, la fibre est bonne pour la santé. Etant donc donné que les pains complets peuvent être mangés à volonté, certains enfournent du pain complet en quantités quasi industrielles.
Or, je suis au regret de vous communiquer que la plupart des pains soi-disant complets sont aussi méchants que le blanc, parce qu’ils ne sont pas fait avec du grain complet. Ces chers boulangers ajoutent tout simplement un peu de son à la masse pour lui donner une jolie touche finale genre “complet”.
Que de la haute cosmétique, cher lecteur ! En fait, on fabrique très peu de vrai pain complet. Il en existe pourtant quelques variétés de blé, de seigle et de millet, d’une belle couleur brune et même avec des grains entiers, mais dont vous mangerez à peine plus d’une tranche à cause de leur extrême densité et de leur goût peut-être un peu trop fort pour être un véritable plaisir gastronomique.
Du pain complet ? Nos félicitations, si vous en trouvez de vrai !

2. CÉRÉALES

Vous avez sans doute lu plusieurs centaines de fois qu’il est important de commencer sa journée avec une bonne dose d’hydrates de carbone, raison pour laquelle vous en avalez deux bols au petit déjeuner. Cependant, il y a céréale et céréale et la plupart de celles que l’on commercialise (soufflées ou écrasées, pétales) sont néfastes, ou peu s’en faut. Elles ont été à tel point traitées et altérées qu’elles ont perdu presque toutes leurs vitamines et leur fibre. Le produit final n’est pratiquement qu’un conglomérat de sucres rapides, de haut index glycémique. Il vous produira une forte poussée d’insuline, ce qui, en plus de générer des hauts et des bas énergétiques, augmentera le stockage de tissu adipeux.
Ces céréales “pour le petit déjeuner” ont très peu de graisse, mais si vous lisez attentivement leur composition, vous découvrirez qu’elles contiennent environ 80% d’hydrates de carbone, dont environ la moitié des sucres simples.
Mangez les bons vieux flocons d’avoine. Ils sont peut-être un peu plus fades, mais par contre bien meilleurs pour votre santé et votre définition.

3. CHARCUTERIES

La viande est une excellente source de protéines, mais gare aux charcuteries ! D’entrée de jeu, leurs viandes subissent plusieurs traitements pour les conserver pendant au moins plusieurs mois, mais qui altèrent si profondément leurs structures que leurs acides aminés deviennent beaucoup plus difficilement assimilables. C’est-à-dire que leur valeur biologique tombe à pic.
Outre leur teneur en conservants et nitrates, ces viandes apportent de la graisse et du sel en grandes quantités.
Les charcuteries sont évidemment très pratiques pour un picnic ou pour emporter ses repas les jours où on ne peut manger chez soi. Mais faites-vous plutôt un blanc de poulet au gril coupé en morceaux ou quelques blancs d’oeufs cuits à l’eau ou à la vapeur.

4. JUS DE FRUITS NATURELS

Rien d’aussi délicieux qu’un jus de fruits bien frais, avec toutes ses vitamines, n’est-ce pas ? Eh bien, sans vouloir faire le trouble-fête, sachez qu’il contient de vrais cargaisons de fructose, un sucre simple qui se transforme très facilement en tissu adipeux.
Si vous êtes déterminé à vous défaire de votre graisse en trop, supprimez les hydrates de carbone simples, de quelque provenance qu’ils soient.

5. PRODUITS DE REMPLACEMENT DES GRAISSES

Classés parmi les pires malfaiteurs diététiques, ils sont bien plus nuisibles que ceux auxquels on prétend les substituer, c’est-à-dire les graisses saturées animales, comme le beurre. Il est question des margarines. Les altérations subies par certaines graisses végétales lors de leur hydrogénation les transforme en produits inassimilables par l’organisme humain. Etant d’origine végétale, on croit souvent qu’elles sont salutaires. En fait, d’une part elles apportent neuf calories, comme toutes les graisses, mais, de l’autre, elles ne se comportent pas comme les graisses animales, que notre organisme digère et recycle depuis des milliers d’années tout de même. Les graisses hydrogéneés sont chimiquement configurées en trans, quelque chose de tout à fait étrange à notre corps. Elles ont été associées aux maladies cardio-vasculaires et même à certains cancers.

6. LAITAGES

Il y a encore qui, en prenant exemple sur des athlètes du passé, a recours aux laitages pour prendre de la masse maigre, parce qu’ils sont hauts en protéines. Ils oublient que les produits lactés, comme le lait, sont riches en graisses saturées. Même les écrémés présentent une forte teneur en lactose, un sucre qui vous enrobera rapidement.
Ce n’est pas par hasard que la première chose que font les culturistes de compétition au début de leur phase de définition est éliminer les laitages.

7. LE 0%

Il y a évidemment les laitages écrémés, c’est-à-dire ceux dont on a éliminé la graisse. Comme nous venons de le dire, leur teneur en graisse mise à part, les laitages génèrent de la graisse à cause du lactose, un sucre rapide qui, de surcroît, chez beaucoup de personnes est à l’origine d’une allergie qui produit de la rétention d’eau. Encore une fois : les compétiteurs savent fort bien qu’il est impossible de se définir en mangeant des laitages, même à 0%.
Il se produit un paradoxe, notamment avec les yaourts : examinez l’étiquette de ceux écrémés et vous découvrirez qu’ils contiennent des quantités non-négligeables d’hydrates de carbone, c’est-à-dire de sucres, qui ajouteront une épaisse couche de graisse sous-cutanée à votre physique.

8. GALETTES DE RIZ, MAÏS ET POP-CORN

On compte le riz et le maïs parmi les hydrates de carbone complexes que de nombreux pratiquants trouvent idéaux… à tort.
Complet, le riz est un bon aliment diététique. Blanchi, il l’est déjà moins, mais sous forme de galettes il est carrément à déconseiller car le traitement industriel auxquel elles sont soumises leur enlève pratiquement tous leur nutriments et fait grimper leur index glycémique, c’est-à-dire la sécrétion d’insuline qu’elles génèrent. Tant et si bien, qu’elles égalent presque le sucre de table.
Il en va de même du maïs et du pop-corn. N’allez surtout pas croire qu’ils sont bons pour la santé du simple fait de ne pas apporter de graisse. La poussée d’insuline qu’ils déclenchent (index glycémique 133) génère une considérable accumulation de tissu adipeux. Sachez qu’il y a des hydrates de carbone capables de ruiner votre physique même plus rapidement que la graisse !

9. NOURRITURE CULTURISTE : POMMES DE TERRE AU FOUR ET RIZ CUIT À L’EAU

Mais voyons maintenant ce qu’il en est des aliments diététiques, tels que les pommes de terre au four et le riz cuit.
Etant tous les deux des hydrates de carbone complexes, leur digestion est plus lente que celle des simples, comme les fruits ou les douceurs. Mais maintenant nous savons qu’il y a un important facteur à prendre en compte, outre la longueur de leurs chaînes de glucose. Il s’agit du fameux index glycémique ou importance de la sécrétion d’insuline qu’un aliment donné est capable de déclencher, une fois versé dans la circulation sanguine. Le stockage de graisse sera d’autant plus importante que la sécrétion d’insuline sera abondante.
Le riz blanchi bouilli et les pommes de terre au four atteignent un index glycémique de jusqu’à 80. A consommer par conséquent avec modération !

10. BARRES PROTÉINÉES

Elles sont à la mode, une mode qui va croissant. On a commencé par en fabriquer avec des hydrates de carbone, avec des vitamines et seulement quelques protéines et, actuellement, on en commercialise de très hautes en protéines, avec très peu de glucides… voudrait-on en tout cas nous faire croire.
En réalité, la plupart des fabricants cachent les glucides sous forme de glycérine et leurs produits ne sont donc pas du tout à 0%. Leur couche extérieure de chocolat constitue déjà un facteur négatif, sans oublier que la plupart des hydrates de carbone que ces barres contiennent sont des sucres rapides. Si vous désirez vraiment vous définir, supprimez les barres protéinées.

11. BOISSONS RAFRAÎCHISSANTES ET PETIT VERRE D’ALCOOL OCCASIONNEL

“Une fois n’est pas coutume”, vous dites-vous peut-être plus souvent qu’à votre tour. De fait, l’alcool apporte sept calories par gramme, presque autant que la graisse (neuf) et presque le double que les glucides ou que les protéines (quatre). Même s’il vous en coûte de l’admettre, cette petite bière “de rien du tout” apporte sa pierre à l’édifice d’un ventre pour le moins conséquent. Et que dire des boissons sans alcool ? Les plus consommées contiennent l’équivalent de quatre cuillerées de sucre par verre.
Je me permets de vous proposer de l’eau fraîche. Qu’en dites-vous ?

12. LES SHAKES PROTÉINÉS

Supplément culturiste par excellence, on lui attribue le fait que les culturistes actuels soient plus forts et volumineux que ceux de n’importe quelle autre époque. Et pourtant… choisissez bien ! Un shake de médiocre qualité peut vous empêcher d’éliminer cette sacrée dernière couche de graisse qui cache tous les détails de muscles et veines.
Si vous en prenez un de protéine de soja, vous retiendrez de l’eau. Ceux lactés, comme les caséinates et même ceux de petit-lait, devront être d’une grande pureté afin d’éviter le lactose dans la mesure du possible, ce sucre capable de réduire à néant votre progression.
Veillez donc à ce que sa formule apporte le moins possible d’hydrates de carbone –voire pas du tout– et évitez de le prendre avec du lait. Délayez-le dans de l’eau !
En éliminant ces aliments, vous ferez une avancée qualitative décisive, car vous vous définirez bien plus facilement.
Sans modifier votre routine, sans altérer les exercices ni les poids que vous utilisez jour après jour, mais seulement en évitant de commettre ces douze impairs diététiques, le changement physique que vus expérimenterez sera remarquable.
Mais si en même temps que vous éliminez cette douzaine de péchés, vous incorporez à votre régime alimentaire quotidien douze autres éléments favorables à l’élimination de tissu adipeux, votre changement n’en sera plus un, mais très probablement une transformation radicale.
Actuellement, on connaît d’une part diverses substances qui ont la propriété d’activer certaines fonctions de l’organisme tendant à l’utilisation du tissu adipeux comme source d’énergie et, de l’autre, des agents qui empêchent par différentes voies le stockage de graisse. En les conjugant de façon optimale, nous pourrons accélérer l’élimination des dépôts de graisse existants et, dans le même temps, empêcher leur nouvelle formation.
Examinons une fois de plus douze éléments connus pour leurs propriétés dans ce sens, bien que sans suivre un ordre prédéterminé.

  1. Caféine
    Exhaustivement étudiée et très connue pour sa capacité d’augmenter l’utilisation de la graisse corporelle comme source d’énergie. Une fois dans la circulation sanguine, la caféine favorise la libération d’acides gras de réserve afin de subvenir aux besoins en énergie de l’organisme, préservant ainsi les stocks de glycogène.
    En même temps, la caféine semble élever légèrement la température basale, ce qui se traduit par une plus grande combustion de calories à longueur de journée.
    La caféine est aussi un doux diurétique et un stimulant du système nerveux central. Elle est en fait si efficace qu’actuellement elle fait partie de la liste de substances dopantes du C.O.I., quand on la décèle dans le sang en quantités relativement élevées.
    La source principale de caféine est le guarana, une plante tropicale.
  2. Citrus aurantium
    Le citrus aurantium est une agrume employée dans la conservation d’aliments et comme aromate et, depuis des siècles, comme élément aux propriétés curatives dans la médecine traditionnelle orientale, notamment celle de la Chine. On en obtient la synéphrine, une substance aux propriétés uniques, car c’est un stimulant sélectif des récepteurs adrénergiques bêta-3, qui n’affecte pas d’autres récepteurs, comme les alpha-1 et 2 et les bêta-1 et 2.
    Il existe d’autres stimulants, comme l’éphédrine, un alcaloïde végétal que l’on emploi depuis longtemps pour activer la perte de graisse, mais ses nombreux effets secondaires –dont des tachycardies fréquentes– déconseillent son utilisation. Chez certaines personnes, l’éphédrine a déjà provoqué l’arrêt cardiaque.
    Au contraire, la synéphrine provoque la libération d’adrénaline et noradrénaline, lesquelles mettent en branle exclusivement les sites récepteurs bêta-3, responsables directs de la lipolyse dans les mitochondries des cellules grasses. De là que, outre le fait de ne comporter aucun risque pour la santé en éliminant du tissu adipeux, le citrus aurantium contribue à préserver la masse maigre.
  3. Acide hydroxycitrique (HCA)
    Il est fondamental pour éliminer de la graisse sans perdre du muscle. Extrait du fruit de la garcinia cambogia, on compte parmi ses propriétés principales celle d’inhiber l’activité de l’enzyme ATP citrate lyase, laquelle est la responsable de la transformation des hydrates de carbone ou glucose en surplus en acides gras, c’est-à-dire en tissu adipeux.
  4. Coleus forskohlii
    Le coleus forskohlii est un des composants clé de cet ergoceutique. On obtient de cette plante un agent appelé forskohline qui semble contribuer à augmenter la masse corporelle maigre tout en accélérant la perte de tissu adipeux, selon les recherches les plus récentes sur des humains.
    Il paraît que la forskohline exerce ses effets par la mise à contribution de l’enzyme adénylcyclase, laquelle augmente la production de monophosphate cyclique d’adénosyne (cAMP).
    Les hommes de science considèrent que la prise de poids maigre observée par l’administration de forskohline est due à la production accrue de cAMP, car plusieurs études confirment que ce dernier favorise l’absorption des nutriments pour leur incorporation au tissu musculaire.
  5. Thé vert
    Le supplément TH 101 fournit un extrait de thé vert qui contient de nombreux agents, dont des catéchines et des polyphénols aux propriétés thermogènes qui renforcent et prolongent la production de chaleur et la lipolyse.
  6. Naringine
    Encore une agrume dont la recherche révèle qu’elle augmente et prolonge les effets de la caféine et d’autres méthylxantines, c’est-à-dire leurs actions thermogènes. Dans le TH 101, elle agit en synergie avec d’autres ingrédients dans l’élimination de tissu adipeux.
  7. Dent-de-lion
    L’ergoceutique cité apporte aussi un extrait de la plante scientifiquement connue sous la dénomination taraxacum officinalis, mais populairement comme dent-de-lion ou pissenlit.
    Outre le fait d’être un diurétique d’une grande efficacité qui élimine l’eau de rétention, le pissenlit présente une très haute teneur en potassium, un minéral que l’on élimine avec l’emploi de diurétiques chimiques, mais qu’on préserve grâce à ce végétal.
  8. Gymnéma sauvage
    Plante aux caractéristiques uniques et connue depuis peu seulement, la gymnéma sauvage apportée par le TH 101 possède des propriétés exceptionnelles, bien qu’on n’aie pas réussi à les expliquer toutes jusqu’à présent. Par exemple, elle annulle le goût du sucre pendant plusieurs heures après son ingestion, faisant ainsi disparaître les fringales de douceurs que l’on expérimente souvent en phase de diète.
    Elle semble par ailleurs intervenir dans le métabolisme du glucose et empêcher les pics d’insuline menant au stockage de graisse corporelle.
  9. L-tyrosine
    Entre autres, le TH 101 est conceptualisé de façon à favoriser les fonctions de la thyroïde, une glande située dans la partie antérieure de la base du cou et formée de centaines de milliers de follicules. Elle produit les hormones tyroxine, ou T4, qui contient quatre atomes d’iode, et la tri-iodothyronine, ou T3, qui en contient trois. Toutes deux président à la régulation du métabolisme.
    Aussi bien la T4 que la T3 sont formées principalement d’iode et de l’acide aminé L-tyrosine. De là que le TH 101 contienne 600 milligrammes par dose de ce dernier, de façon à ce que la thyroïde ne vienne à manquer de matières premières pour la formation de ses hormones.
  10. Varech (kelp)
    Le varech est une variété d’algues d’eaux froides et profondes des mers du Nord, particulièrement riche en iode, un minéral qui, avec la tyrosine, est essentiel pour la production des hormones T4 et T3 par la thyroïde.
  11. Lysinate de cuivre
    Partie intégrante de nombreuses enzymes, le lysinate de cuivre –un minéral chélaté à un acide aminé– concourt au bon fonctionnement de la thyroïde, ce qui est indispensable pour maintenir un bon rythme de resynthèse protéinique et pour la correcte combustion des calories. Il est égalemet nécessaire pour la production de noradrénaline, l’hormone qui utilise la graisse comme source d’énergie.
  12. Picolinate de chrome
    Très réputé parmi les sportifs grâce aux nombreuses études qui révèlent qu’il intervient dans la gestion du métabolisme du glucose, il agit également comme lipolytique, car il augmente l’efficacité de l’insuline, ce qui comporte une moindre sécrétion de celle-ci et une minimisation de la lipogénèse.
    On a aussi démontré qu’il augmente l’affinité entre l’insuline et les cellules musculaire, tout en diminuant celle des cellules grasses, ce qui signifie qu’il contribue à réduire le tissu gras et à augmenter, ou du moins à maintenir, le maigre.
    L’action en profondeur de ces nombreux d’ingrédients combinés en une seule et unique formule vous surprendra.
    Pour éliminer la graisse superflue, prenez une dose de TH 101 le matin et une seconde avant le repas de midi ou avant l’exercice. Prenez trois doses par jour si vous êtes nettement en surpoids, mais si vous êtes déjà défini et désirez conserver votre tracé musculaire, une seule dose par jour suffira.

QUI VEUT LA FIN, VEUT LES MOYENS

Il est fort possible que votre diète présente quelques-unes des failles décrites. Si un certain nombre des aliments cités font partie de votre régime alimentaire, c’est que celui-ci est moins parfait que vous ne le pensiez. Supprimez-les et vous verrez que vous éliminez de la graisse plus facilement et que vous obtenez ce physique musclé et défini dont vous rêvez depuis longtemps. A l’oeuvre et bonne chance !